nos artistes




Quelques artistes de grand talent nous ont fait confiance en nous confiant leurs œuvres

Manel Ndoye

Né en 1986 au Sénégal, Manel entre aux Beaux Arts de Dakar pour le dessin et y découvre la peinture, "un mystère à percer et à maîtriser"
Testeur de matière, il perfectionne ses talents de dessin. C’est là qu’il fera la rencontre de toute une vie : la peinture.
Il chercha alors son propre style dans l’univers du figuro-abstro. Il donne a voir sa propre réalité du visible.
Sorti major de sa promotion en 2010, il enchaîne les expositions collectives où il se fait rapidement remarquer (Lauréat en Iran du 16e Festival international d'arts Visuels pour les Jeunes Artistes en 2009, Lauréat de la Fondation Blachère lors de la biennale de Dakar en 2012).
Sa peinture reflète sa recherche assidue d'un nouveau procédé pictural par la synthèse de différentes techniques et courants artistiques.

Madou Ba

En suivant les cours d’arts plastiques du professeur Abdoulaye Diallo, dès le collège, en 1992, il a pris conscience de l’importance de l’expression artistique en matière de communication.
A partir de cette époque, il a entamé les recherches sur le dessin et la peinture en lisant les travaux de Léonard de Vinci (proportions et perspectives) et de Vassily Kandinsky (sens des formes et des couleurs) et bien d’autres ouvrages.
En 2011, il suis entré  en résidence à l’espace culturel et hôtelier Sobo Badè, à Toubab Dialo (au sud de Dakar). Là, il initie des workshops en peinture pendant lesquels il a eu à se perfectionner, en échangeant des techniques avec des amateurs, des étudiants en art, des artistes nationaux et internationaux.


Baba Ly

Mahmoud Bâba Ly, jeune peintre originaire de Thiès, a été initié à la peinture par son père Amadou Dédé Ly, depuis son atelier au Village des Arts de Dakar. Après quatre ans d’apprentissage en arts plastiques, Mahmoud Bâba Ly propose ses propres créations. En 2008, il participe à un concours de la Fondation Cuemo Monte Carlo et obtient le prix spécial du jury. Depuis cette date, il exporte son art et expose en France, en Turquie et aux États-Unis. Artiste à la fois libre et académique, Mahmoud Bâba Ly explore les territoires de la peinture avec une véritable fraîcheur, en fouillant les scènes de la vie quotidienne du Sénégal et notamment à travers l’univers des femmes et des enfants. Il a la volonté d’étendre son regard sur les enfants du village planétaire pour capter tous les instantanés de notre monde contemporain. Son inspiration tient lieu de son observation permanente des scènes qui l’entourent, comme autant de figurations symptomatiques du présent et du réel. Sa peinture laisse une large place à la lumière qui fait naître un champ ouvert sur l’horizon et qui fait de ses toiles des compositions embrasées et profondes

Ndoye Douts

Mohamadou Ndoye, dit « Ndoye Douts », né le 1er mai 1973 à Sangalkam, est un artiste plasticien sénégalais contemporain.
L'univers chaotique des villes est sa principale source d'inspiration2.
Diplômé de l’Ecole nationale des Arts de Dakar, Mouhamadou Ndoye ‘Douts’ recrée dans son œuvre l’univers chaotique des villes africaines. Médina, le quartier où il vit et travaille, est sa principale source d’inspiration. C’est son chaos qui l’inspire. Le désordre qui baigne la ville l’agite. L’instinct fécond et créateur le surprend sur sa terrasse-atelier qui surplombe les vieilles bâtisses de la cité et la vaste étendue bleue. Entre les embruns marins et les effluves du marché Soumbédioune voisin, il dispose d’une tour idéale pour observer les grouillements, les tensions, les maladresses de la ville. Douts ne ménage pas son goût pour les couleurs. ’C’est ce qui nourrit l’œil’.

Cheikh T. Keita

Le travail de Cheikh Tidiane KEITA est depuis toujours fortement porté sur l’expression du corps, son obsession est de traduire le sentiment.
Il puise son inspiration dans son environnement immédiat, des sentiments exprimés, tristesse ou joie, élaborant son propre langage, riche d’une diversité de techniques et de matériaux. .
Il est fasciné par le gestuel, le mouvement lui donne des idées.
Tout en marchant dans les rues s’il aperçoit une certaine posture, un beau geste, son envie est de tout arrêter pour profiter de cet instant éphémère où le corps s’exprime sans réflexion ni intelligence.
Son style est monochrome, semi-figuratif et semi-abstrait par l’absence des traits du visage de ses personnages. La couleur terre reste sa couleur de prédilection avec des nuances qui donnent à la fois relief, lumière et vie à ses œuvres.

Yakhya Ba

Yakhya Ba est né à Dakar, au Sénégal. Les arts plastiques lui permettent de véhiculer ses refoulements et émotions. Très souvent nous ne nous rendons pas compte de la valeur réelle d’un moment jusqu’à ce qu’il ne devienne un simple souvenir. Grâce à ses réalisations, il immortalise certains moments marqués par des situations difficiles où tout semble s’écrouler autour de lui. Grâce à son travail artistique, il parvient à surmonter ses peines et trouve la force de résister et de transcender l’amertume. Les arts plastiques lui permettent de voyager, de s’évader et d’explorer des horizons inconnus ; ils se révèlent à lui-même.

Khadim Diop

Khadim Diop est un artiste sculpteur fondeur né le 12 janvier 1977 à Diourbel. Il a été formé au travail de fondeur en bronze dès l’âge de 13 ans par son père feu Cheikh Makhone Diop. L’expérimentation et la recherche définissent sa trajectoire, il se dit influencé par sa culture tout en restant néanmoins ouvert sur le monde dans un esprit curieux et créatif, afin de réaliser sa passion. Khadim Diop participe à de nombreuses expositions et ateliers dont des expositions au profit d’œuvres caritatives Demba et Dupont, à la grande biennale internationale de la sculpture contemporaine en Bourgogne en France. Il est actuellement en activité au village des arts de Dakar.

Serigne Mor Gueye

C’est à l’âge de 8 ans qu’il a commencé à s’initier à l’art. Avec de l’argile, des brindilles de balai, il crée ses premières figurines. En grandissant, sa passion gagne une place importante dans son univers. Il va suivre les pas de l’aîné de la famille qui a fait l’école des Beaux-arts. Il arrive à ciseler le bois et à le rendre doux quelles que soient sa taille et sa forme. Avec une technique bien précise, il offre un supplément d’âme à ses sculptures. Après quatre ans de formation pratique et d’expériences à l’école du sculpteur Tafsir Momar Guèye à Dakar, Serigne rejoint le village des arts en 2007. Son travail a été largement exposé en groupe et en solo, notament au symposium de sculpture à Saint-Louis avec Wallonie Bruxelles, à la biennale de Dakar, en Italie, à Gorée. 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire